l’art comme un maniere pragmatique de faire passer la verite

Spiritualité élevée de la peinture ainsi, et des anges en affluence décorent les créations de Fra Angelico. Resteront profondément ancrées chez le peintre, pour qui le renoncement à soi et au monde permettent d’atteindre la pureté, tant depuis un point de vue spirituel que dans l’expression de ses oeuvres, la vie de pénitence ainsi que les règles assez strictes relatives à l’ordre religieux. Fra Angelico se consacre de manière totale à la peinture comme un façon efficiente de faire passer la vérité et la foi, et abrège ses études en théologie, après les encouragements de ses supérieurs.

Il s’agit bien de la première monographie du travail de Fra Angelico sur le sol Français, et non pas d’une énième exposition qui traite sur les primitifs d’Italie. Fra Angelico coupe les ponts avec le monde médiéval et entre dans le monde moderne. Il se révèle être passionnant de montrer ce thème. Sur les cinquante et quelques œuvres qui ontprésentées, la moitié vient affirmer le côté indépendant et délicat du pinceau du moine, alors que la seconde replace son œuvre au sein de la création picturale typique de la Florence de la période de la Renaissance. L’artiste influencera d’une manière remarquable sur certains parmi ses contemporains, chose qui est mise en exergue par ses peintures, quand mises côte à côte avec les œuvres de maitres tels que Filippo Lippi ou Masolino, Paolo Uccello. Dès la première salle, le visiteur découvre une facette méconnue du travail de Fra Angelico ses talents d’enlumineur et de miniaturiste mis en exergue par des études récentes. Mise à part les peintures effectuées sur panneau de bois, c’est également son œuvre de fresquiste qui s’avère être révélé via une présentation vidéo de l’ensemble du couvent San Marco de Florence, liant son travail aux innovations dans le domaine de l’architecture.

Fresques de la vie de saint Nicolas : sa naissance, sa vocation et le don aux trois jeunes filles pauvres, vers 1431, tempera et or sur bois. La nature chronologique de la visite est voulue. Le parcours montre la voie vers les débuts du maestro au sein de la somptuosité du gothique international. Au cours des salles vient se profiler la modernité renaissante, les thèmes religieux étant délaissés pour des sujets profanes d’inspiration antique, et toujours plus inspirés par le pouvoir temporel des Médicis. Le conservateur du musée affirme que chaque salle possède un petit objectif qui rend possible de fixer de manière progressive la position de l’artiste selon une construction scientifique et intellectuelle précise.

Notices conseillées tableaux peinture par tableaux peinture

Si celui qui est venu visiter le musée pourra regretter l’absence du Couronnement de la Vierge, conservée au Louvre, n’ayant pas été prêté du fait de son extrême délicatesse, il pourra apprécier les nombreux chefs d’œuvres de l’artiste ainsi que de ses contemporains, venus pour la plupart des plus prestigieuses institutions italiennes. C’est en permutation du futur projet de procéder à la comparution à Florence d’une partie des œuvres d’art que ces prêts d’exception ont pu être accordés au musée parisien.